« 1:54 » de Yan England

5/5 !


Synopsis

A 16 ans, Tim est un jeune homme timide, brillant, et doté d’un talent sportif naturel. Mais la pression qu’il subit le poussera jusque dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour.

Critique

« 1:54 » est le premier long-métrage de Yan England. Une oeuvre engagée aux côtés d’un Antoine-Olivier Pilon poignant.

Le film commence avec une complicité entre deux garçons adolescents, Tim et Francis, autour d’un projet scolaire qui leur prend à cœur. Comment gérer la découverte de l’homosexualité à cet âge et surtout, comment l’assumer, voilà à quelles questions répond dans un premier temps le récit dans une finesse qui prend aux tripes.

Au cœur d’un réalisme percutant, Yan England dissèque l’ingratitude des jeunes dans les cadres scolaires et sportifs sur différentes sensibilités : l’harcèlement y est mis très en avant, l’homophobie également, puis les conséquences de ces deux fléaux.

Tout cet ensemble répond dans une continuité constante à de nouveaux propos que sont la submersion émotionnelle engendrée par toute cette violence psychologique et la douleur du deuil. Par ailleurs, le sujet des réseaux sociaux y est dénoncé comme un fléau virtuel ingérable tant pour les ados frappés de plein fouet par ces élans de haine, que pour les parents.

Face à ces funestes situations, l’histoire instaure une part de revanche sportive au personnage. Une rage remplie d’humanité qui nous embarque avec lui dans une course contre la montre.

Révélé dans « Mommy », Antoine-Olivier Pilon est la star du film. C’est lui qui porte l’affiche et la tient jusqu’au bout dans un rôle sur mesure, brillamment réussi. Charmant, mignon et jeune, il est l’une des têtes montantes de ce cinéma québécois qui peine de moins en moins à s’imposer.

Bilan
Une oeuvre engagée avec une répercussion éducative sidérale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTINUEZ VOTRE LECTURE…

« Revoir Paris » de Alice Winocour

« Revoir Paris » de Alice Winocour

5/5 ! Synopsis A Paris, Mia est prise dans un attentat dans une brasserie. Trois mois plus tard, alors qu'elle n'a toujours pas réussi à reprendre le cours de sa vie et qu'elle ne se rappelle de l'évènement que par bribes, Mai décide d'enquêter dans sa mémoire pour...

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

5/5 ![Coup de ♥ Cinéphilion] Synopsis Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversé le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d'un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise...

« Les Invisibles » de Louis-Julien Petit

« Les Invisibles » de Louis-Julien Petit

4/5 [Coup de ♥ Cinéphilion] Synopsis Suite à une décision municipale, l'Envol, centre d'accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s'occupent : falsifications,...