« Les Années Super 8 » – Le documentaire d’Annie Ernaux, Prix Nobel de Littérature 2022

4/5


Synopsis

« En revoyant nos films pris entre 1972 et 1981, il m’est apparu que ceux-ci constituaient non seulement une archive familiale mais aussi un témoignage sur les goûts, les loisirs, le style de vie et les aspirations d’une classe sociale, au cours de la décennie qui suit 1968. Ces images muettes, j’ai eu envie de les intégrer au croisement de l’histoire, du social et aussi de l’intime, en utilisant mon journal personnel de ces années là. » – Annie Ernaux

Critique

Après plusieurs hésitations à produire, c’est poussé par son fils Eric que l’écrivaine Annie Ernaux dévoile une tranche personnelle de sa vie en surplomb d’une époque révolue. D’un genre peu commun du cinéma, « Les Années Super 8 » est un documentaire littéraire, instructif et doté une puissance émotionnelle !

Pour nombre d’entre nous qui l’ignorons, la Super 8 est un des premiers modèles de caméra a s’être démocratisé au début des années 70. C’est par ce support amateur que la dernière Prix Nobel de Littérature nous partage des images brutes de son intime passé.

Accentué par sa voix en arrière-plan, Annie Ernaux raconte librement son vécu au fil des clichés entièrement filmés par son mari. Cet appui éditorial est une occasion inédite pour l’auteure de mettre sa plume en scène sur grand écran. L’harmonisation du film conjuguée à la beauté des mots offre une jolie balade dans le temps.

D’une certaine audace, la réalisatrice nous faire pénétrer dans son intimité la plus profonde. Immergé au cœur de son foyer familial, nous découvrons ses enfants encore en bas-âge, sa maman qui incarne le reflet d’une génération ayant connu la guerre et la récession, et aussi son intérieur, son quotidien et ses vacances.

Au-delà d’être une chronique profondément intime, le métrage est à sa juste valeur, un documentaire à vocation historique et instructive. En effet, ce dernier est une prise de recul sobre et efficace quant à l’évolution du monde pendant la décennie des années 70. Déco fleurie, fringues graphiques, cassettes audio et musiques rock & disco, la famille Ernaux incarne le visage concret des influences de cette période.

Or, ce retour vers le futur dépasse les frontières du foyer et élargit sa vision à celle d’un contexte géopolitique mondial en pleine croissance. Dans l’insouciance du siècle à venir, les années Giscard symbolisent la décennie en parallèle de l’expansion du communisme dans le monde. L’arrivée de Mitterrand est incertaine, même si fortement espérée, et les prémices de la mondialisation se dessinent : Les banlieues de la grande couronne parisienne, encore en champs de blé, poussent du sol. Les voyages s’ouvrent vers une douce popularisation. C’est une nouvelle vision du monde qui s’éveille.

Telle une archéologue de la mémoire, l’écrivaine décortique un espace-temps avec recul et sincérité. Audacieux, émouvant, bien que ce biopic confidentiel peine à convaincre les premiers instants, la puissance des mots et l’exhumation des images d’archives manifestent une note de nostalgie.

Pas de casting, pas de tournage mais une énorme préparation d’écriture et d’assemblage en amont, c’est sans doute par ce travail de fourmi que le métrage mérite sa place en sélection de la Quinzaine des Réalisateurs.

Bilan
Plus qu’un film, « Les Années Super 8 » est une franche surprise qui donne un sens particulier à l’évolution du temps.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTINUEZ VOTRE LECTURE…

« L’Origine du Mal » – Une pépite à la gloire du matriarcat

« L’Origine du Mal » – Une pépite à la gloire du matriarcat

4/5 Synopsis Dans une luxueuse villa en bord de mer, une jeune femme modeste retrouve une étrange famille : un père inconnu et très riche, son épouse fantasque, sa fille, une femme d’affaires ambitieuse, une ado rebelle ainsi qu’une inquiétante servante. Quelqu’un...

« Revoir Paris » de Alice Winocour

« Revoir Paris » de Alice Winocour

5/5 ! Synopsis A Paris, Mia est prise dans un attentat dans une brasserie. Trois mois plus tard, alors qu'elle n'a toujours pas réussi à reprendre le cours de sa vie et qu'elle ne se rappelle de l'évènement que par bribes, Mai décide d'enquêter dans sa mémoire pour...

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

5/5 ![Coup de ♥ Cinéphilion] Synopsis Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversé le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d'un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise...