« Réparer les vivants » de Katell Quillévéré

150369-jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Coup de ♥ !


Synopsis

Tout commence au petit jour dans une mer déchaînée avec trois jeunes surfeurs. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c’est l’accident. Désormais suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, la vie de Simon n’est plus qu’un leurre. Au même moment, à Paris, une femme attend la greffe providentielle qui pourra améliorer et prolonger sa vie…

reparer_les_vivants_critique

Critique

Adapté du best-seller de Maylis de Kerangal, « Réparer les vivants » est un mélange d’expériences de vie autour du don d’organe. Le message est à la fois explicite et intimement personnel à Katell Quillévéré. Le film démarre avec l’accident mortel de la route d’un surfeur adolescent. Cet événement tragique est pourtant embelli d’images de vagues et d’océans qui pose les marques de le suite du long-métrage rempli d’allégations  métaphoriques. A titre d’exemple, un médecin parle de son rêve d’avoir un oiseau rare, symbole de liberté et d’envol. Triste, poignant et à la fois sublime, les éléments s’enchaînent avec une poésie et une beauté harmonieuse. Une scène chirurgicale est emprunt d’un tel réalisme qu’il frôle les images documentaires. En effet, le spectateur assiste à l’opération de retrait du cœur du donneur jusqu’à sa greffe à destination du receveur. Le moment signifiant prend tout son sens lors des premiers battement de cœur, instant où l’organe revit. Peut être une des scènes clés du film qui clôture l’opposition permanente des deux situations entre un deuil significatif offrant la délivrance d’une patiente malade. « Réparer les vivants » incarne un véritable message qui laisse bouche-bée, pleins de larme et de sentiments, on ne sait pas vraiment. C’est un voyage humainement émotionnel autant triste que positif qui laisse un arrière-goût de réflexion sur le sujet. Il y a un avant et un après qui laisse des marques.

Bilan
« Réparer les vivants » n’est pas qu’un film mais une expérience de vie avec un avant et surtout, un après qui laisse des marques.

1 Commentaire

  1. UN FILM À LA UNE

    BOnjour cinephilion! Pour ma part, j’ai été déçu par le film. J’ai trouvé qu’il y avait trop de personnages pour s’y attacher. Et après que Simon ait été déclaré en mort cérébrale, le film se disperse à travers le voyage de cet organe du corps du jeune défunt à celui de la receveuse. J’avais pourtant beaucoup d’attente…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTINUEZ VOTRE LECTURE…

« Revoir Paris » de Alice Winocour

« Revoir Paris » de Alice Winocour

5/5 ! Synopsis A Paris, Mia est prise dans un attentat dans une brasserie. Trois mois plus tard, alors qu'elle n'a toujours pas réussi à reprendre le cours de sa vie et qu'elle ne se rappelle de l'évènement que par bribes, Mai décide d'enquêter dans sa mémoire pour...

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

« La Belle Epoque » de Nicolas Bedos

5/5 ![Coup de ♥ Cinéphilion] Synopsis Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversé le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d'un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise...

« Les Invisibles » de Louis-Julien Petit

« Les Invisibles » de Louis-Julien Petit

4/5 [Coup de ♥ Cinéphilion] Synopsis Suite à une décision municipale, l'Envol, centre d'accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s'occupent : falsifications,...