« Une Vie » de James Hawes

Une vie de James Hawes - Affiche Film Cinéphilion

3,5/5


Synopsis

Prague, 1938. La ville est sur le point de tomber aux mains des nazis. Un banquier londonien va tout mettre en œuvre pour sauver des centaines d’enfants promis à la mort dans les camps de concentration. Au péril de sa vie, Nicholas Winton va organiser des convois vers l’Angleterre. 669 enfants juifs trouveront refuge.

Cette histoire vraie, restée méconnue est dévoilée au monde entier en 1988. Une émission britannique invite Nicholas à témoigner. Celui-ci ne se doute pas que dans le public se trouvent les enfants, devenus adultes, qui ont survécu grâce à lui…

Critique

Directement inspiré du livre « One Life » de Barbara Winton, « Une Vie » est un biopic qui relate l’incroyable histoire vraie de son père, Nicholas Winton. Banquier à Londres dans les années 40, cet homme ordinaire est devenu un héros de l’ombre, en sauvant des milliers d’enfants du génocide juif.

Poignant et enrichissant, le film s’emporte pourtant dans un sensationnel inutile au détriment d’une humilité hautement nécessaire…

Une vie de James Hawes - Anthony Hopkins & Lena Olin au cœur de l'histoire folle de Nicholas Winton

Deux timelines paralèlles

C’est probablement l’un des plus grands rôles de la carrière d’Anthony Hopkins. Depuis « The Father », l’acteur surfe sur des histoires poignantes. Dans « Une Vie », il incarne un vieux papy gâteau quelque peu désordonné qui, en choisissant de trier son bazar, se remémore son engagement passé.

C’est là que démarrent deux timelines parallèles sur la vie de Nicholas Winton. Avec un véritable travail de narration, le film alterne entre deux époques sur la vie d’un même personnage.

Pour bien comprendre les faits, nous vivons tout d’abord les actions entreprises par ce banquier entre 1938 et 1940. Héros malgré lui, il a procédé au sauvetage de milliers d’enfants d’un des plus grands génocides de l’histoire. Puis, dans une seconde partie, « Une Vie » bascule dans les années 80, où l’on retrouve Nicholas Winton très âgé, aux prémices d’une émission de télévision qui va le révéler au grand public.

Une vie de James Hawes - Johnny Flynn incarne Nicholas Winton jeune, un héros ordinaire

Les complexités administratives

« Une Vie » vise juste en s’attardant sur les complexités administratives occidentales. Confronté à une Europe aux portes de la guerre, Nicholas Winton se sent investi dans un engagement qui dépasse sa personne. Accompagné par sa mère, interprétée par Helena Bonham Carter, ils vont affronter vents et marées pour ramener ces enfants sur le territoire britannique.

Certificats médicaux, apports financiers, photos d’identité… Alors que le Ministère de l’Immigration réclame bon nombre de formalités conséquentes, le film reflète un contexte qui relève de l’urgence.

Face à tant de paperasse, « Une Vie » permet une prise de recul crucial sur une époque révolue. Aujourd’hui, avec l’Union européenne, la libre circulation des biens et des personnes ne dépend plus d’autant de démarches. Une question de simplicité mais aussi d’humanité.

Une vie de James Hawes - Johnny Flynn, Helena Bonham Carter face aux complexités administratives

Une atmosphère lourde

Il faut savoir que le film a été tourné en République tchèque, sur les lieux mêmes où se sont déroulés les événements. Le tournage a donc dû faire face à de grandes difficultés logistiques, se déroulant entre la Tchéquie et le Royaume-Uni.

De ce fait, en allant sur les lieux du drame, « Une Vie » offre une exceptionnelle reconstitution de l’époque avec une atmosphère lourde, évoquant la peur de l’occupation allemande et ses dérives.

Une vie de James Hawes - Anthony Hopkins dans un film tire larmes qui vire au grand spectacle plutôt qu'à l'hommage

Un déferlement de grands sentiments

« Une Vie » se qualifie malheureusement comme un film tire-larmes, très artificiel et trop américanisé. L’hommage à Nicholas Winton est présent, l’émotion promise aussi, mais on ressent clairement que le film a été stérilisé pour plaire au grand public. Autrement dit, « Une Vie » se contente du nécessaire.

En ayant cherché à créer du grand spectacle, « Une Vie » se retrouve imbibé de pathos et d’émotions à l’extrême. Objectivement, un documentaire aurait probablement offert une perspective plus riche, voire plus intéressante sur Nicholas Winton. Or, on assiste là à un tel déferlement de grands sentiments qu’une distance s’installe avec le spectateur.

[Bande-annonce – Une Vie]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTINUEZ VOTRE LECTURE…

« Fête de Famille » de Cédric Kahn

« Fête de Famille » de Cédric Kahn

5/5 ! Coup de ❤️ Synopsis "Aujourd’hui c'est mon anniversaire et j'aimerais qu'on ne parle que de choses joyeuses." Andréa ne sait pas encore que l'arrivée « surprise » de sa fille aînée, Claire, disparue depuis 3 ans, va bouleverser le programme... Critique La...

« Pas de vagues » de Teddy Lussi-Modeste

« Pas de vagues » de Teddy Lussi-Modeste

5/5 ! Synopsis Julien est professeur au collège. Jeune et volontaire, il essaie de créer du lien avec sa classe en prenant sous son aile quelques élèves, dont la timide Leslie. Ce traitement de faveur est mal perçu par certains camarades qui prêtent au professeur...

« Heureux Gagnants » – Du jackpot au cauchemar

« Heureux Gagnants » – Du jackpot au cauchemar

4/5 Coup de ❤️ ! Synopsis 1 chance sur 19 millions. Plus de probabilité d’être frappé par une météorite que de gagner au loto. Pour nos heureux gagnants, le rêve va rapidement se transformer en cauchemar. Leur vie va voler en éclat dans un spectaculaire feu...